San Marco

 Note Vince : 4

 Note moyenne :

 Nb joueur : 3 à 4

 Parties jouées : 4 à 5

  Durée : 90 min

 Règle : 15 min

 

  Avis : Afin de passer un bon moment avec San Marco, je pense qu’il faut considérer ce jeu comme un jeu d’ambiance où l’on va passer un bon moment, mais surtout pas le considérer comme un jeu hautement tactique / stratégique malgré le coté pose de pions / majorité par quartier.

 Il y a, en effet, plein de bonne idées dans ce jeu (comme l’idée de faire deux paquets mais que ce soit l’adversaire qui choisisse en premier l’un des deux paquets, plus d’autres mécanismes qui ont déjà fait leur preuve), mais au final, cela donne un jeu que l’on n’arrive pas à maîtriser.

 Pour moi donc, c’est un jeu léger pour passer un moment agréable (la phase préparation des paquets est d’ailleurs un moment très sympa, où l’on discute beaucoup), en élaborant de mini calculs au coup par coup. Il est en effet, impossible de calculer très loin, d’autant plus que c’est un jeu où l’on peut viser le premier et donc souvent tout « bon coup » est pénalisé par des malus attribués les tours suivants de la part des adversaires.

 D’ailleurs les 4 parties que j’ai faites ce sont toutes ressemblées : un ou deux joueurs ont caracolés en tête toute la partie et se sont donc fait viser systématiquement, et lors du décompte final, ils se sont fait rattraper et dépasser par les autres joueurs.

 Tactique : Par rapport à ce que je viens de dire plus haut, la tactique qui consiste à chercher à être deuxième (par quartier) un peu partout me semble très rentable. Cette tactique, assure l’anonymat pendant toute la partie (on est rarement en tête et donc peut visé) et on prend la tête juste après le décompte final.

 En conséquence, la valeur estimée des cartes fortes peut en être changée. Pour moi, les cartes qui permettent de rajouter des nobles dans les quartiers (Traître et carte quartier) ou d’en enlever (exil) deviennent alors plus importantes que la carte Doge (que l’on surestime trop souvent car de toute façon il y aura un décompte de chaque quartier à la fin du jeu).

 Néanmoins, je conseille surtout d’essayer de passer un bon moment et donc de ne pas forcément chercher à appliquer une tactique gagnante et méthodique car de toute façon on est jamais à l’abri d’une réaction imprévisible des autres joueurs.

Remarque : Pour le premier décompte / Doge, j’ai toujours joué avec la possibilité d’avoir un nombre de point de prestige négatif afin de pouvoir déplacer le Doge vers un quartier (en payant des points de prestige justement, ce qui fait descendre au dessous de zéro) plus intéressant pour le joueur qui a pris la carte Doge. Sinon, le début de partie risque d’être trop avantageux pour le joueur qui est majoritaire dans le quartier où est apparu le Doge au début du jeu.

 Variante : En fait, pour équilibrer le jeu, afin que tout le monde ait joué les rôles de « préparateur de paquet » et de « choisisseur de paquet » autant de fois, je conseille de ne pas choisir au hasard  les rôles mais de les distribuer par roulement en fonction du premier joueur du tour.